referencejardinage

referencejardinage

Mémoire de mon père (Fos sur mer)

Le jardin
Mon père semait ses premiers haricots pour la st Joseph le 19 mars et ils venaient très bien , mais depuis vingt ans que j’ai repris le jardin , je n’ai jamais pu faire pousser des haricots avant le 10 avril , la terre est trop froide , encore une preuve du refroidissement de la terre
Encore cette année 2005 j’ai essayé , mais il ne sont pas sortis ils ont pourri en terre par manque de chaleur.

Les haricots kilomètres
J’ai adopté les haricots kilomètres (haricot dolique) longueur de 80 cm en moyenne . mais gourmand de chaleur , ils doivent être semé après le 20 mai. Deux mois après la récolte commence , sur une rangé de 5 mètres . Pour le ramassage c’est un kilo le matin et un kilo le soir en juillet août septembre ils montent jusqu'à 5 mètres de hauteurs , donc , je plante les cannes que je plie à hauteur de ma tête que je courbe à l’horizontale , ce qui me fait un tunnel ou je ramasse les haricots qui pendent à ma hauteur , ce qui évite les maux de reins . ils sont ramassé avant la formation des grains et mesurent de 40 à 50 cm de long, et ils se congèlent très bien.

Tomates
J’ai aussi des tomates américaine qui peuvent dépasser 1 kilo .elle ont peut de graine , ainsi que des petites tomates que je faits sécher au soleil et que je conserve à sec ou dans du vinaigre et qui agrémente mes déjeuner d’hivers avec des radis noirs et des olives

Les haricots secs
Aux temps historique durant la guerre et pendant l’occupation , mon père semait des coco blanc vers le 14 juillet pour les cueillir le plus tard possible . il les laissait sécher sur un plateau , mais , une fois cueillie on les mettait sur une bâche en plein courrant d’air et par mistral. Afin qu’ils soient venté après les avoir « caouqué » (écrasé avec les pieds pour les débarrasser de leur cosse). Enfin il les mettait dans une jarre ou il disposait une soucoupe contenant du soufre que l’on enflammait avant de refermer soigneusement la jarre avec son couvercle jointé par un cordon de boue afin que le gaz ne s’échappe pas. Ainsi les « cour cousons » « charançon » ne les attaquaient pas et nous avons notre provision pour l’hivers .maintenant je les met dans le congélateur

Les jardin de mon enfance
Parlons jardin . tout petit j’aidait mon père qui m’a appris pas mal de chose importantes , d’abord les cycles lunaire qui agissent sur les plantes comme sur toute la nature dont les effets les plus visibles sont les marées océaniques . les plantes aériennes comme le haricot la salade, la tomate doivent se semer en lune montante , les pommes de terres , les radis les carottes , en lune descendante . mais aussi la profondeur compte , ou mettre les graines , la taille des tomates ,cela ce fait selon le climat et le bon vouloir du jardinier , le melon se taille tout les trois bourgeons , le concombre et la courgette ne se taille pas , ensuite le binage pour aérer la terre et arracher l’herbe , ce que je ne trouvais pas agréable, surtout parmi les moustiques et les arabis (très petit moustique qui rentrent dans les cheveux le nez les yeux les oreilles et qui piquent sans arrêt) et puis le fumier de mouton qui était composté dans la ….., pendant au moins trois mois avant de le mettre au jardin avant de labourer pour l’enterrer et de leur éviter les maladies et les pucerons. La pomme de terre constitue notre plus grosse récolte qui devait nous approvisionner pour tout l’hivers , le plus difficile c’est de les conserver. On les place sur des canisses et recouvertes de cendre il fallait des germer au moins deux fois .

Le compost méthode inodore
Depuis 1975 quand le fumier de mouton a commencé à manquer , celui que l’on trouvait contenait tellement de produits chimiques que je me suis mis au compost. Certains ont critiqué , d’autres apprécié. Alors que beaucoup ne savent plus quel moyen employer pour détruire les mauvaises herbes , moi je les recherche et même les cultive , telle la grande ortie qui apporte azote plus insecticide , la tanaisie, insecticide est employé à faible dose dans la liqueur de Chartreux .Les cannes broyée sous les roues du tracteurs contiennent beaucoup de celluloses. le tas de compost est constitué d’une couche de matière imbibées d’eau de la valeur d’une éponge essorée, et sur cette couche , un peut de terre , de cendre et de vieux compost il faut le recouvrir à peine , faire trois couche de 20 à 30 chacune et recouvrir d’une troisième de terre , ne pas tasser , ne pas arroser, couvrir d’une bâche s’il pleut trop.

 

Le tas doit avoir 2 mètres de large , et une longueur indéfini. Laisser fermenter 1 mois , ensuite faire un gros tas pointu qui est retourné tout les quinze jours pendant 3 mois, tout en vérifiant la fermentation avec une barre en fer que l’on plante dans le tas pour vérifier la température sous risque de le voir brûler . la température peut monter à plus de 100 degrés , c’est la méthode « Indore » . Au bout d’un an ce n’est plus que du terreau , ou terre de bruyère , et on doit le conserver à l’ombre ou couvert d’une bâche pour ne pas qu’il sèche

Jardin
L’herbe est la base de notre nourriture , c’est la nourriture de la vache qui nous donne le lait et tout ses dérivés
Jardin

A l’heure d’aujourd’hui tout a changé , plus de bêchage à la main , une motobineuse a remplacé la charue,le compost a remplacé le fumier qui contient plus de produits chimiques que les tiroirs de pharmacies

 

La creau

Plaine immense ou l’on ne voit au premier abord que des cailloux ou le pied n’est jamais d’aplomb , bordé au nord par les collines des Beaux de Provence , à l’est par les collines d’Istres au sud par le golfe de Fos , a l’ouest par la Camargue traversé par la route de Fos à Arles et celle d’Arles a Salon de Provence .

Une année de transhumance , j’ai ramené le troupeau du mas ;de bretonne à St martin de creau , le premier jour j’entame cette traversée avec comme point de repère le mas du retour des aires qui était a peut près à 20km , chose étrange dans ce pays à mesure qu’on avance le paysage s’éloigne et l’on se sent tout petit dans cette immensité .ce doit être terrible pour ceux qui se perdent dans le désert d’Afrique qui voient les mirages qui disparaissent quand on s’approchent d’eux.

La creau a aussi ses mirages quand il fait chaud . sur le bitume de la route on voit des voitures comme flotter sur de l’eau alors que la route est très sèche . le pays n’est pas si désert qu’il ny paraît ,, un lièvre qui vous part dans les pieds sur ses longues pattes , ses grandes oreilles droites si c’est un mâle ou couché si c’est une femelle. Boulle rousse difficile a voir dans les pierres ocrées .

Quelques gangas (grangoule) se lèvent en poussant leur cri et leur vol rasant le sol ont vite disparu, une alouette montre dans le ciel poussant son tisouli.
Voilà un gros oiseau qui s’envole devant les brebis c’est une outarde canepetière qui ressemble à un canard en vol , plus loin un groupe de pluvier doré qui tournent dans le ciel un bon moment avant de ce poser tout près .bizarre qui a dit bizarre quand on voit un cul blanc (petit oiseau à plume blanche sur le dos) perché sur un chardon là ou une fourmi passe péniblement entre les épines, comment fait il pour tenir là dessus ? tout cela représente des belles brochettes pour un chasseur , sans oublier sanglier et lapins et à côté de cette faune voici la flore qui est aussi vaste que la creau qui cache entre ces pierres de l’herbe apprécié des brebis . on dit qu’une poignée d’herbe de creau qui tiendrait dans une sonnaille suffirait a la nourrir.

Voilà une touffe de fleur bleus très odorante c’est de l’hysope , j’en ramasse quelques une en ayant bien soin d’en laisser un peu pour la semence , plus loin c’est le thym , qui est un désinfectant préventif contre les rhumes et grippes , j’en coupe quelques poignées pour les infusions .Quelquefois aux premières pluies d’automne sortent les pâquerettes qui blanchissent la creau et plusieurs qualités de salades sauvages .

Et c’est la ruée des cueilleurs de champignons , mais que cherchent il parmi tout ces cailloux , les non initiés ne voient rien sauf quelques bolets roses bien apparents , mais les barigoules (pleurotes huitrées) elle , sont petites mais surtout de la couleur des pierres . combien de fois on se baisse pour cueillir une pierre !!! connaître les meilleurs emplacements, se construire des repères , une bergerie avec son puit , un tas de cailloux en demi lune construit par les bergers pour s’abriter du mistral quand l’hivers il souffle a 150 km par heures et qu’il passe sur les neige du Ventoux .

Parfois la creau se vide quand a chaque pas une nuée de moustiques s’envole et rien de mieux que de vous rentrer dans le nez , les yeux , les oreilles , il faut tenir la bouche fermé sous peine d’en avaler une demi douzaine . une attaque de moustique en règle . il se mettent à vous piquer jusqu’au sang , les habitués partent en courrant à la grande joie de la flore et de la faune .

La creau est divisé en cousous de 150 ou 200 hectares environ , chacun a sa bergerie . toujours orienté au sud avec le cabanon du berger a 50 m . le puit avec ses abreuvoirs rempli à l’aide de seaux tiré du puits avec une chaîne , l’eau est a environ 5 mètres , bien que la creau est très sèche , la nappe phréatique est présente partout ou l’on creuse , la terre est rouge comme la bauxite.
 
 

Referencement



03/11/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres